Certibiocide

 

L’arrêté du 9 octobre 2013 crée un certificat individuel de compétence (certibiocide) pour les personnes qui utilisent ou/et qui vendent/achètent de produits biocides réservés aux professionnels pour les types de produits 8, 14, 15, 18, 20 (23 sous la directive 98/8/CE) et ceux définis au définis I de l’article 13 de la loi du 16 juillet 2013

 

 

Pour les titulaires du certi-phyto : 1 jour

Pour les non titulaires du certi-phyto : 3 jours 

 

Objectif : acquérir le CERTIBIOCIDE pour acheter et appliquer les produits désinfectants des surfaces en contact avec des denrées alimentaires, les produits de lutte contre les termites, les produits de traitement du bois, les produits de lutte contre les rongeurs, les produits de lutte contre les oiseaux, les produits de lutte contre les insectes et produits de lutte contre les vertébrés.

 

Contenu :

  • La réglementation : définition des produits biocides, cadre règlementaire français et européen, produits autorisés et illégaux, règlementation du transport et du stockage...

  • Les produits rodenticides, insecticides, désinfectants : mode d’action, substances actives…

  • Les risques pour la santé : dangers du produit, voies de pénétration, intoxication aiguë et intoxication chronique, devenir des produits dans l'organisme, stockage ou élimination. Situations d'exposition aux dangers, contact direct et indirect, facteurs favorisant et aggravant la pénétration. Catégories de populations sensibles.

Mesures à prendre pour réduire les risques pour les êtres humains.

Estimation des risques pour la santé des opérateurs et des usagers. Principales mesures de prévention. Principales mesures de protection : port des EPI, respect du délai d'emploi avant récolte. Principes d'utilisation dans les espaces impliquant des usagers. Principales consignes et réglementation.

Conduite à tenir en cas d'intoxication aiguë ou d'accident.

Principaux symptômes d'empoisonnement. Conduite à tenir en cas d'accident. Mesures d'alerte des premiers secours : numéros d'urgence, déclaration des accidents. Signalement de l'accident auprès de Phyt'attitude (réseau de toxicovigilance).

 

  • Les risques pour l'environnement : impacts sur l'environnement, sur les plantes non cibles, les insectes utiles, la faune sauvage et la biodiversité. Connaissance des dangers des produits.

Situations d'exposition aux dangers : types de pollution, devenir des produits phytopharmaceutiques dans l'environnement après le traitement, situations de contamination, facteurs favorisant et aggravant les contaminations, risques au niveau de la zone à traiter lors d'une intervention.

Prévention des risques : zonage (zones protégées, périmètre de captage). Stratégies retenues selon les espaces, leur nature, leur usage (zonages en gestion différenciée, plan de désherbage). Pratiques visant à limiter la dispersion des produits phytopharmaceutiques dans l'environnement lors des transports. Pratiques et aménagements visant à limiter la dispersion des produits phytopharmaceutiques dans l'environnement lors du stockage et du traitement des résidus. Pratiques et aménagements visant à limiter la dispersion des produits phytopharmaceutiques dans l'environnement lors des manipulations. Pratiques, aménagements et équipements visant à limiter la dispersion des produits phytopharmaceutiques dans l'environnement lors des épandages. Traçabilité tout au long du processus.

 

  • Les techniques alternatives : Méthodes et produits de biocontrôle utilisant des mécanismes naturels. Techniques de lutte intégrée (lutte biologique directe et indirecte, méthodes physiques, etc.). Systèmes réduisant les risques de bioagressions et permettant de limiter l'utilisation des produits phytopharmaceutiques. Choix d'espèces résistantes ou adaptées à l'environnement. Contrôle cultural : rotations, travail du sol, gestion de la fumure, aménagements de zones enherbées. Systèmes de production intégrés.

Evaluation comparative de l'utilisation des produits.

Evaluation de la nécessité d'intervenir : identification des agresseurs et évaluation des risques. Raisonnement des interventions. Choix des produits par rapport à leur efficacité, à la toxicité, à leurs facteurs intrinsèques (dose de matière active, mobilité, dégradation plus ou moins rapide, solubilité, etc.). Adaptation des doses en fonction de l'état et de la distribution spatiale des bioagresseurs. Evaluation comparative de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et techniques alternatives.

 

  • Gestion des déchets dans l’entreprise et sur site d’intervention : gestion des effluents, gestion des déchets organiques

 

Formateur : David Macq

 

Consultez les dates de formation sur notre agenda.

 

Inscrivez-vous!